RANDONNÉE EN PAGNOLIE

 

                 RANDONNÉE EN PAGNOLIE

 
    Dans les collines du Garlaban, 20 kilomètres de sentiers nous font découvrir une grande partie de l'œuvre cinématographique de Marcel PAGNOL. Le point de départ se fait au parking du chemin de Ruissatel, Actuellement, la route étant effondrée, il nous faut emprunter l'étroit "chemin de la "Font de mai" depuis la route d'Eoures (D44).

  A quelques mètres du parking nous nous arrêtons au puits de Raimu où plusieurs scènes du film La fille du Puisatier (1941) furent tournées. Nous prenons le chemin des collines en passant devant le Mas de Massacan, le mas où Ugolin s'est pendu… Depuis le tournage du film Manon des sources en 1952 son aspect a bien changé.

Quelques centaines de mètres plus loin une barrière et un panneau nous rappellent que les sentiers sont interdits du premier samedi de juillet au deuxième samedi de septembre pour (risque d'incendie).En progressant, un  autre panneau nous indique que la ferme d'Angèle est sur notre gauche. Ce film, fut en partie tourné en 1934 dans une vieille ferme "La doulouare", restaurée par Marius Brouquier, maçon à La Treille et ami de M.Pagnol. Il  est tiré d'un roman de Jean Giono "Un de Baumugnes" La douloire"  servait à la fois de studio et de dortoir…On prétend que Robert Vatier qui tournait le Schpountz dormait dans l'ancien four à pain. Plus haut, sur une barre rocheuse appelée "Barre Saint-Esprit" nous apercevons les vestiges du village d'Aubignane. Ce village construit égalementpar Marius Brouquier servi de décor au film Regain en 1937, tiré lui aussi d'un roman de Giono.
Seuls subsistent quelques vestiges «  La maison de Panturle », dans un triste état et une arche qui devait délimiter l'entrée du village. L'église est son clocher de 15 mètres n'est plus là.  On  accède à Aubignane par le sentier Pierre Tchernia très abrupte ou un autre plus accessible que l'on trouve sur la droite en longeant Le vallon de Marcellin. Ce champ fût cédé par Marcel Pagnol à la ville d'Aubagne qui doit l'entretenir.
Pagnol veut être le maître de ses œuvres .Il descend à Marseille, achète des studios en ville, s'y installe, acquière 24 hectares de garrigues au dessus d'Aubagne dans l'espoir de construire d'autres studios. Ce petit vallon de Marcellin devient le cœur du domaine de Pagnol au point qu'il y tournera les extérieurs d'une bonne demi-douzaine de films. C'est dans ce petit vallon qu'il fera sa dernière visite à la Provence en 1972. C'est ici que fut tournée la scène finale de Regain. Dans cette on voit  Panturle et Arsule qui attend un Bébé. Ils sément du blé dans cette bonne terre grasse abandonnée depuis bieni longtemps. Cette scène exprime fort bien  le regain d'Aubignane.

Plus loin, au col d'Aubignane, nous empruntons le sentier balisé en jaune qui nous mènera à la grotte du plantier, dite de Grotte de Manon.
Dans cette grotte furent tournées quelques scènes de Manon des sources. Du haut des rochers qui surplombent la grotte, le malheureux Ugolin clame son impossible amour pour Manon, la belle sauvageonne. Après la grotte, le sentier devient de plus en plus pentu, nous progressons vers "Le Garlaban" (Alt 714 m.) Trente minutes plus tard, nous serons au sommet où s'élève une croix implantée à l'emplacement d'une ancienne chapelle. De la table d'orientation, la vue y est splendide, au loin à gauche le massif de la Sainte-Victoire, en face celui de la Sainte-Beaume, plus à droite le cap canaille La vue s'étend vers la  Méditerranée, sur toute la ville de Marseille et sa rade, des îles du Frioul jusqu'à l'Estaque, en passant par Notre-Dame-de-la-Garde. et à nos pieds toute la vallée de l'Huveaume. Ici, nous sommes environ à la moitié de notre parcours, il faut maintenant nous diriger en direction du plan de l'Aigle. Avant le plan de l'Aigle nous empruntons un sentier à gauche, en face de nous Marseille. Nous descendons vers le vallon des Piches, en direction du Puits du mûrier et le la grotte de la Baume sourne. interdite d'accès. Bientôt nous arriverons dans un secteur propice au pique-nique où nous poserons le sac. Nous reprenons notre marche vers le sommet du Taoumé ou (Tubé) ou nous découvrons La grotte du Grosibou".Une très longue descente par le "pas du loup" nous attend. Sur notre droite, la vue sur vallon des Escaouprès est impressionnante. Nous contournons la tête ronde sans avoir vu les ruine du jas de Batiste et nous arrivons au chemin des Bellons ou nous faisons une halte à la "Bastide neuve".
" La maison s’appelait La Bastide Neuve mais elle était Neuve depuis bien longtemps". C’est ainsi que Pagnol nous présente sa maison des vacances. "Alors commencèrent les plus beaux jours de ma vie ». La lampe tempête éclairant les repas du soir est toujours là,  accrochée à une branche du figuier comme une Sainte relique. Comme nous ne l’avions pas remarquée, le nouveau propriétaire d’une partie de « la maison des vacances », un homme fort sympathique, nous signale sa présence. Le bar des bartavelles étant fermé nous nous rafraichissons à La fontaine de la maison des vacances où l'eau est toujours excellente. Nous descendons le chemin du Colonial Magnan dit "Lili des Bellons" en direction de La treille. En passant devant "La Pascaline", Villa loué par Marcel Pagnol, une plaque nous indique que c'est  dans cette maison qu'il écrivit "Souvenirs d'enfance". Une série de quatre romans autobiographiques. La gloire de mon père, le château de ma mère, le temps des amours et le temps des secrets (inachevé).  

 

LA TREILLE
Au village de La Treille, nous nous rafraichissons à la fontaine de « Manon des sources ». La source serait tarie et la fontaine actuelle serait raccordée, au réseau des eaux municipales…Nous ne l’ébruiterons pas pour ne pas briser le rêve.

 

L'AUBERGE DE CIGALON : Cigalon est le propriétaire d'un restaurant dans un petit village de Provence. Depuis des années, il refuse catégoriquement de servir les clients. Un beau jour, Mme Toffi, son ancienne blanchisseuse, vient ouvrir un autre restaurant dans le village. Cigalon piqué au vif se remet aux fourneaux...

CIMETIERE DE LA TREILLE:

Le cimetière se trouve à la sortie du village. Nous y découvrirons deux tombes de la famille de Marcel Pagnol. Lui-même est enterré avec sa mère Augustine et Estelle une de ses filles. Sur la pierre tombale, l’épitaphe en latin, empruntée de Virgile : "Fontes, amicos, uxorem dilexit" - Il a aimé les sources, ses amis, sa femme. Joseph, son père repose avec son frère Paul dans une tombe voisine. A quelques pas nous découvrons également les tombes de David Magnan dit « Lili des Bellons » son ami des collines et de Marius Brouquier, le maçon de La Treille.
Ainsi se termine cette magnifique randonnée d’environ 20 km. Elle se fait dans des sentiers pierreux et pentus, dangereux par temps de pluie.  Il est fortement conseillé de se munir de chaussures adaptées quelques soit le temps. Il peut aussi y faire très chaud, une casquette ou un chapeau seront utiles.
Prévoir de l'eau en bouteille car il ne coule plus beaucoup d'eau  pure dans les collines.
Entre le 1er juin et le 30 septembre l'accès au massif du Garlaban est réglementé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :